Yomoni s’attaque à l’épargne salariale

yomoni epargne salariale

Yomoni figure dans la liste des robos-advisors, spécialisé dans la gestion des placements. Depuis sa création, il constitue les portefeuilles des investisseurs, en fonction de leurs projets. Ce robot-conseiller ne se base pas uniquement sur l’algorithme de son robot mais apporte derrière un accompagnement à travers les conseils avisés de ses experts. Depuis peu Yomoni a choisi de s’attaquer à un autre secteur, longtemps réservé aux grands groupes : l’épargne salariale.

Une épargne salariale plus ouverte

Yomoni propose désormais une nouveauté : l’épargne salariale. Une innovation a été ajoutée dans cette offre. En effet, l’épargne salariale a été toujours limitée aux grands groupes,  les frais étant un des principaux obstacles à une meilleure accessibilité. Cette fois-ci ce n’est plus le cas, car l’épargne salariale de Yomoni a été élaborée pour être accessible à un plus grand nombre à savoir les PME et TPE ainsi que les start-ups. L’offre est attractive du fait des démarches simplifiées tout en donnant un réel accompagnement aux salariés. Sa performance se base largement sur l’intervention de ses experts financiers.

Un nouveau système personnalisable

Yomoni, (notre avis) avec son épargne salariale, garde toujours son principe c’est-à-dire intervenir en fonction des projets et des besoins. Son système d’épargne salariale permet aussi bien à l’entreprise qu’à ses salariés d’en tirer le meilleur. L’entreprise profite en effet d’un dispositif qui évolue et plus souple, avec des avantages tels que l’exonération de charges patronales et une assiette d’imposition déductible. Du côté des salariés, ils bénéficient d’une rémunération plus attractive que les primes classiques, une exonération de charges salariales et d’impôts. Les démarches pour l’épargne salariale Yomoni sont faites exclusivement en ligne. Enfin, Yomoni a lancé le pari d’offrir une épargne salariale transparente, en proposant un forfait sans surprise, sans frais d’entrée, ni frais de versement ainsi que des frais d’arbitrage.

Yomoni s’attaque à l’épargne salariale
5 (100%) 1 vote